Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 13:59

CIMG0725.JPG

 

La Mardelle des Amours.

 

Là où se dressait autrefois le château de "Sheuern" il y avait en des temps immémoriaux une maison faite de puissants troncs de chêne. Une épaisse forêt vierge entourait la demeure solitaire ; un fossé profond, rempli d’eau, la protégeait d’attaques éventuelles. La solide bâtisse cachait d’inestimables trésors.

 

Un jour, le seigneur des séants partit se battre contre des voisins aux intentions hostiles. Quelques fidèles guerriers restèrent pour protéger la dame. C’est alors qu’une puissante bande de brigands attaqua la maison. Les fidèles sujets se défendirent avec bravoure, ils tirèrent toutes leurs flèches et lancèrent finalement des pierres sur la bande. Beaucoup de ces assassins furent atteints et tombèrent, couverts de sang, dans le fossé. Mais parmi les défenseurs aussi, il y eut des pertes, leur vaillant petit groupe fondait de plus en plus.

 

Après de longs combats ne restait plus en vie que la jeune dame de ces lieux. Les assiégeants la sommèrent de se rendre, on ne lui ferait aucun mal. Mais la noble dame n’avait pas confiance en des brigands, elle préférait mourir plutôt que de tomber entre leurs mains.

Voilà pourquoi elle mit le feu et bientôt toute la maison brûlait. Elle fut ensevelie sous la charpente effondrée. Les brigands étaient en fureur. Ils étaient avides du butin, mais durent attendre que la dernière flamme fût éteinte. Puis ils se précipitèrent sur le tas de décombres, à la recherche de trésors.

Alors la terre s’entrouvrit et engloutit tous ceux qui étaient encore en vie. L’eau jaillit avec force des profondeurs et forma cette sombre mardelle. On la nomma la mardelle des amours.

 

Mais aujourd’hui encore, les brigands veillent, dans les profondeurs, sur les immenses trésors de la vertueuse dame.

 

Texte traduit de « Sagen, Geschichten und Märshen aus Lothringen, 1941“

 

D’après les « Contes et légendes du pays de l’Albe », tiré du Bulletin N° 3 édition de décembre 1971, publiée avec l’aimable autorisation de l’association « Les amis du pays d’albe ».

Partager cet article

Repost0

commentaires