Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 09:36

SORTIE "HAUT-Barr" DU 27 SEPT.2014

Le matin du 27 sept. le soleil était au rendez-vous, pour une balade dans la région de Saverne, précisément aux alentours du « HAUT BARR ». Le départ à 9h précise fut donné par notre accompagnateur Eddy, dont la connaissance des lieux est une référence. 24 personnes s’élancèrent donc à sa suite, afin de découvrir les différents sites proposés, entre autres, les ruines du « Grand et petit Geroldseck » la « Tables des sorcières » ou nous avons pris le petit déjeuner, puis le « Krappenfels » la « Grotte du Brotsch » la « Cuve de pierre » et retour au Haut Barr avant de descendre à Saverne pour déjeuner au restaurant au bord de l’eau sous la tonnelle.

L’après-midi une visite du « Haut Barr » s’imposait. Ce château classé monument historique depuis 1874 fut construit au XIIème siècle par l’évêque Rodolphe de Strasbourg. Plus long que large, c’était un point idéal pour surveiller la vallée de la Zorn. Il obtient le surnom « D’œil de l’Alsace ».Remanié au XIVème siècle, occupé par des troupes lors de la guerre de succession espagnole, il sera définitivement abandonné en 1770. L’intérêt du site est la très belle vue sur la plaine d’Alsace. 

Nous ne pouvons pas quitter ce château sans avoir emprunté le « Pont du Diable » dont voici le récit de la légende de cet ouvrage écrit par « Thierry Heitmann »

«   Le premier pont unissant les deux rochers fut construit lorsque l'évêque de Strasbourg acheta le troisième rocher à l'abbaye de Marmoutier vers 1171. Lors de sa construction, au moment où les ouvriers allaient mettre la dernière main à l'ouvrage, celui-ci s'effondra. Une deuxième, puis une troisième tentative de construction connurent le même sort. Les ouvriers commençaient à désespérer.

C'est alors que se présenta un tailleur de pierres qui assura pouvoir bâtir le pont tout seul, en une nuit. Tout d'abord l'on se gaussa, mais devant son insistance l'évêque lui laissa tenter sa chance. Mais quel salaire demanderait-il ? Le tailleur de pierre se dévoila alors : il n'était autre que le diable et demandait pour prix de son ouvrage l'âme du premier être vivant qui traverserait le pont. "Affaire conclue !", décida l'évêque.

Le lendemain, le pont était bâti et le diable attendait son salaire. Mais l'évêque avait bien préparé son coup. Ses hommes avaient capturé un chien errant et ils lui firent traverser avant quiconque le nouveau pont. Le diable en fut pour ses frais. De colère, il frappa si durement le rocher de ses pattes de bouc qu'il y laissa ses empreintes. Mais le marché avait été respecté des deux côtés. »

Je dois vous dire, que depuis ces temps reculés, chaque personne qui passe ce pont laisse en gage au diable son « âme ». C’est pour cette raison que je n’y suis pas passé.

Merci encore à Eddy pour cette belle sortie.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires